La crème glacée, une réalité qui donne des frissons.

Quand je étais petit, j'adoré le printemps et l'été a cause de la chaleur qui nous faisait oublier les froides journées d'hiver, pour les vacances mais aussi pour ces sorties en famille, pour aller marcher dans mon quartier et finir le tour avec une superbe et rafraîchissante crème glacée.

Je me souviens de regarder dans la boutique des images de crème, des vaches et les couleurs attirants, intenses et variés de ce régal.

Tout le monde sais que la crème glacée est faite avec de la crème fraîche de chez nous, du sucre et des oeuf. À moins que...

En effet, je pense que si on voyait ce qu'ils mettent dans notre rêve d'enfance, plusieurs d'entre nous refuseraient d'en manger.

Cette semaine, il a été révélé que Unilever, compagnie propriétaire de marques tels que, Magnum, Carte d'Or et Ben & Jerry, ont demandé à la Food Standards Agency (FSA) en Angleterre, la permission d'ajouter à une gamme de glaces diete aux fruits congelés une protéine créée à l'aide la technologie et extraite du sang d'une moue de l'océan, une créature ressemblant à l'anguille qui vit dans l'Atlantique Nord.


Prenons comme exemple un Magnum, le plus vendu au Royaume-Uni 

En Grande-Bretagne, on mange plus de 100 millions chaque année et il est «le summum de l'indulgence dans la crème glacée», selon ses fabricants qui font la promotion avec images sensuels et de rêve.

Pourtant, une chose est remarquable par son absence au niveau des ingrédients: la crème - et même, dans des nombreux cas, le lait frais.

Selon Unilever, cette omission est fait pour nous sauver de nous-mêmes. «Ce est en ligne avec notre politique sur la suppression des graisses saturées», explique la multinationale.


Les cornets que vous achetez à un fourgon de crème glacée, utilisés pour contenir la graisse de porc ou de saindoux. Aujourd'hui, le remplissage de la crème glacée avec des huiles végétales commerciales est une pratique courante.

Pratiquement toutes les lignes de supermarchés de crème glacée, de base  jusqu'à Carte d'Or, se appuient fortement sur elle.

On explique que les graisses végétales les plus communes dans les glaces produites par Richmond Foods proviennent de noix de coco, et le fruit de l'arbre de palmier à huile.

Le palmier à huile est une plante tropicale maintenant élevée de façon extensive que, selon les Amis de la Terre, est en train de détruire la foret en Malaisie et d'autres régions tropicales.

L'huile ne est pas seulement industriellement pas cher, ce est aussi malsain. Utilisé dans les margarines, rouge à lèvres et des détergents, ce liquide jaune est riche en graisses saturées, une cause connue de problèmes cardio-vasculaires.


Pour ajouter des solides, le lait partiellement écrémé est une source. Un autre c'est les solides de lactosérum.

«Lactosérum est le liquide qui reste lorsque le lait est transformé en fromage», explique Ian Tokelove, de la Commission de l'alimentation Anglaise. «Il est produit en grandes quantités par l'industrie laitière.»

Un produit des déchets extrêmement problématique, le lactosérum a été pendant des années déversé dans les rivières, ou rejetée dans la mer.

Séché en une poudre vert pâle pour la facilité de stockage et du transport, il agit maintenant comme un support protéique extrêmement pas cher et comme édulcorant, bien que parfois même le sucre est retiré pour être revendu a part.

Toutes ces graisses végétales et des produits à base de lait sont ce que l'industrie, avec un honnêteté rafraîchissante, désigne comme «agents de charge» ou «charges».

Il y a un plus: l'air pur. La crème glacée est vendue au volume, pas au poids, donc une façon de le faire est d'aller plus loin est de fouetter le plus d'air dans le mélange que possible avant de le congeler dans des bacs en plastique.

Après ça, il y a les colorants, souvent désignés par un nom, parce qu'ils sonnent souvent jolie, plus jolie au moins que le nombre E (dans ce cas, E160b).

Il est utilisé à la place de la coloration tartrazine (E102), si controversée, pour teinter le mélange à quelque chose qui ressemble plus étroitement les couleurs riches que nous associons à la crème épaisse. Des groupes de soutien de la Hyperactivite des enfants le considèrent comme un allergène.

Des émulsifiants tels que "diglycérides d'acides gras" empêchent la teneur en matière grasse et l'eau de se séparer en une croûte grasse.

Ce temps-ci, les stabilisateurs sont souvent issus d'algues marines.

Encore plus inquiétant, ce est l'arôme. Les fabricants sont soigneux de révéler comment ils ont atteint un goût spécifique, donc ils font passer Dieu sait quoi dans la liste des ingrédients sous le fourre-tout "arômes".

Les producteurs peuvent utiliser des images de fruits, de vaches ou de crème sur l'étiquette. L'emballage peut avoir les plus belles images de crème et de framboises, cependant, elle n'a probablement jamais vu une framboise dans sa vie.

Du coup, J'ai moins envie de courir après le prochain glacier du parc quand j'y vais avec mon fils...

Chez Ahys, nous n'ajoutons jamais sur nos glaces naturelles de saveurs artificielles ni d'agents de conservation que profitent au commerçant en échange d'un potentielle maladie pour nos clients.

Heureusement, la nature, la méticulosité d'artisan et la technologie permettent de nos jours de faire un produit créé avec des ingrédients de base, faciles a prononcer et que vous trouvez dans votre cuisine.

C'est le chemin que Ahys a choisi. Vous pouvez vous rafraîchir en mangeant un bon yogourt glacée et rester rassurée que vous êtes en train de manger du vrai yogourt d'ici et facilement 4 fraises (ou un autre vrai fruit) par gobelet.

Fier d'être né a Ville Mont Royal, de créer des emplois pour nos étudiants et de collaborer a votre santé et celle de nos familles.

Merci de nous encourager.

 

 

Source: http://www.dailymail.co.uk/health/article-393432/The-chilling-truth-ice-cream.html